Acupuncture, Diététique, Hygiène de vie, Longévité, Médecine Traditionnelle Chinoise, méditation, MTC, Phytothérapie, Phytothérapie

Virus et médecine chinoise

Je suis persuadée que la médecine traditionnelle chinoise est très complémentaire à la médecine occidentale et qu’en l’état actuel des choses ces deux médecines pourraient se rencontrer pour le bien de tous.

    La MTC a toute sa place dans la crise sanitaire actuelle surtout pour son côté préventif. D’après les spécialistes de médecine chinoise, le COVID correspondrait à une attaque de froid dite TAIYANG, décrit dans le SHAN HAN LUN « le traité du froid nocif » écrit par ZHANG ZHONG JIN au 1er siècle après JC. Ce livre étudie toutes les évolutions, transformations et les complications d’une attaque de froid dans le corps humain. Ses enseignements restent toujours d’actualité. Précision! Quand la médecine chinoise parle d’attaque externe, de froid, de chaleur, de vent, d’humidité, on le traduit par virus, microbes, bactéries, épidémies. Le traité du froid nocif est un ouvrage très compliqué avec un grand nombre de situations qui permettent au praticien de savoir ou se localise le virus, sa force, sa nature et la capacité du malade à résister à l’attaque. Le froid pénètre par la peau, le nez, la bouche, bloque l’énergie du corps, encombre le poumon, se transforme en chaleur, épuise l’énergie, bloque les fonctions des organes dont l’aboutissement dépendra de la force du virus, du terrain et de la résistance du patient.  Un pervers externe (virus) aura toujours plus de faciliter à attaquer là où il y a du vide, de la déficience d’énergie. Ainsi, les anciens ou les personnes malades seront plus vulnérables. Alors pourquoi les enfants ne sont-ils pas touchés actuellement? Les enfants ont beaucoup de yang, de feu, du fait du développement de leur croissance ce qui n’est pas le terrain privilégié du virus actuel. Reste qu’ils peuvent être porteurs sans que le virus ne puisse les affaiblir ou se développer. Le traité du froid nocif nous donne aussi beaucoup d’informations quant aux éventuels effets secondaires de ce type d’attaque.

 Malgré la tristesse que j’éprouve face à la situation actuelle, je découvre une fois de plus, la grande richesse de la MTC et un véritable plaisir à l’étudier encore plus intensément.

 Prévenir la maladie c’est être informé de ce qui détériore notre santé (alimentation, respiration, activité sportive, relaxation, méditation…) mais c’est aussi comprendre les défaillances du système immunitaire propres à chacun afin de rectifier la situation au plus vite. Dans ce cadre, la phytothérapie est particulièrement adaptée et doit correspondre à la situation énergétique de chacun. Dans le début de la maladie elle reste tout aussi efficace mais quand le virus a affaiblit l’énergie au point d’envahir les organes vitaux, la médecine occidentale restera la meilleure et un grand merci à elle et à tous ses acteurs dans cette lutte pour maintenir la vie !

              La vie est un bien précieux, chaque individu est précieux !

Hygiène de vie, Longévité, méditation

Confiner les pensées

Tous les matins je prends le temps de méditer un peu. C’est toujours un grand moment de bien-être surtout quand les pensées sont légères et éloignées mais, bien entendu ce n’est pas toujours le cas, surtout pendant cette période où elles peuvent occuper tout l’espace. Dans cette situation 2 possibilités : soit j’arrête mais c’est toujours dommage de ne pas aller explorer le moment présent, soit j’accueille cet état. J’observe alors mes pensées et je les invite à venir confiner là, à côté de moi! J’imagine une petite boîte ou un petit berceau tout doré dans lequel elles peuvent venir s’installer le temps de ma méditation. Je leur propose de rester là, sagement, et de revenir après la séance si elles le souhaitent. Certaines persistent et continueront à m’accompagner, alors je les observe patiemment. Je leur parle mentalement avec bienveillance, je leur dit combien je les comprends, qu’elles sont bien légitimes au vu de la situation actuelle mais qu’elles ont aussi le droit de de reposer un peu! Alors elles finissent par s’éloigner, lâcher prise, s’évaporer, apportant avec elles une sensation de liberté.